samedi 9 avril 2016

HIGH-RISE - Je ne l'ai pas compris

Alors, je suis entrée dans la salle en ne sachant rien du film. Et j'en suis sortie en n'ayant rien compris, mais en étant cependant certaine d'une chose : j'avais vécu une oeuvre. C'est difficile de résumer ce film tant il plonge dans la folie... retenez simplement qu'un homme emménage dans une Tour, véritable microcosme humain où les riches vivent au sommet et où les prolétaires sont aux étages inférieurs. Cette Tour, c'est certainement notre société telle que les scénaristes (et l'auteur en 1975 de l'oeuvre originale), rendue folle par le capitalisme. On suit notre « héros », le seul qui traverse la crise que subit la Tour, rationnel, effrayant, libre. Il traverse les fêtes décadentes, il traverse les étages, il traverse la folie. Inquiétant. Repoussant. Hypnotisant. Des scènes totalement hallucinées, notamment un meurtre vu à travers un kaléidoscope, viennent ponctuer l'intrigue de moments sublimes, sanglants et artistiques. Il faut accepter de ne pas tout comprendre et d'être seulement témoin du chaos. 

High-Rise, je ne l'ai pas compris. Mais il m'a marqué.


High-Rise - 2016
de Ben Wheatley avec Tom Hiddelston, Jeremy Irons, Sienna Miller, Luke Evans,...

mardi 15 décembre 2015

COMMENT C'EST LOIN - Comment c'est bien

Certes ce n'est pas le film de l'année. Certes ce n'est pas un film parfait. Certes ce n'est pas un film qui change la vie. Mais qu'est-ce que c'est un bon film !
Deux potes, Orel et Gringe, les Casseurs Flowters, paumés dans leur vie, dans leur ville, dans leur taf. De l'ennui, un album de rap rêvé mais jamais commencé. Des sorties nocturnes, un travail nocturne, un film nocturne. Dans ce désœuvrement sans fin, ils vont devoir créer un morceau pour satisfaire leurs producteurs en 24 heures. Cet ultimatum sert de prétexte pour balayer le quotidien des deux rappeurs, qui jouent leur propre rôle. Donc, où s'arrête la réalité et où commence la fiction ? Orelsan est lui-même derrière la caméra, aidé de Christophe Offenstein. La réal est bonne, avec de belles trouvailles. Niveau acteurs, ce sont l'entourage et la famille d'Orel qui jouent. Ça donne un côté méta.  Et en plus, on rajoute à ça des morceaux originaux des Casseurs Flowters qui font partie intégrante du film. Et c'est excellent.
Filez voir Comment c'est loin. C'est un petit film qui mérite son succès, une ambiance qui va vous coller à la peau et un CD à écouter en boucle.



Comment c'est loin - 2015
d'Orelsan et Christophe Offenstein avec Orelsan, Gringe,...

samedi 17 octobre 2015

AN AMERICAN CRIME - Histoire vraie

Histoire vraie, histoire vraie, histoire vraie, bordel. An American Crime est une hsitoire vraie. Impossible de juger ce film en ayant cette information en tête. Ça vous révulse, ça vous fait vous sentir mal, ça vous fait vous poser des tas et des tas de questions. Comment peut-on en arriver là ? Comment peut-on être si blessée par la vie pour en arriver là ? Comment peut-on être tout à fait rationnel dans sa violence ? Comment peut-on jouer de son autorité pour arriver à de telles actions ? Comment, comment, comment ? S'en est glaçant. Ce n'est pas de la folie, c'est du désespoir, une lassitude profonde. Le film détaille les événements de manière factuelle, terriblement vraisemblable. Histoire vraie, je le répète, bordel. Une jeune fille a véritablement était séquestrée, torturée, battue à mort par une mère de famille harassée et ses enfants, dans la cave de la maison. C'est arrivé. Et c'est devant nos yeux. C'est une histoire vraie, et on ne sait pas comment réagir.

Et on se sent mal.



An American crime - 2011
de Tommy O'Haver avec Catherine Keener, Ellen Page, James Franco, Hayley McFarland, Ari Graynor, Evan Peters,...

samedi 26 septembre 2015

SHAME - Pulsions à nu

Qu'en penser ? Qu'en dire ? Shame est un film difficile et intéressant. Très fort, très cru, très sexuel, très répugnant. Brandon est un obsédé, isolé du reste du monde, en parallèle de ses pairs, silencieux et fermé. Bloqué dans sa perversion. C'est un solitaire qui souffre, puis d'un coup, un homme séduisant. C'est une dualité qui s'exerce en lui, constamment, la honte qui le ronge et la jouissance qu'il éprouve. C'est un personnage superbement interprété par Michaael Fassbender. 
Il y a aussi la sœur, qui vient et prend ses quartiers dans l’appartement et la vie de Brandon. Torturée et perdue, elle lutte aussi contre ses penchants. Deux personnages brisés, pourtant unis par le sang mais qui ne savent pas communiquer. 
Ce film est une histoire lente, longue, sans trop de paroles mais avec beaucoup de scènes fortes. Plongés au cœur du quotidien de Brandon, on ne sait guère si on doit compatir à son sort ou être révulsé par son être. Un film qui nous laisse finalement avec beaucoup de questions en tête.



Shame - 2011
de Steve McQueen avec Michael Fassbender, Carey Mulligan,...

jeudi 3 septembre 2015

IRREVERSIBLE - De la fin au début

Découverte surprise, curiosité de découvrir un réalisateur dont la promo de son dernier film était en train de se mettre en place, d'abord dégoût, répulsion, puis finalement surprise totale et fascination.
Fascination pour cette histoire menée à l'envers, fascination pour cette spirale de violence viscérale... Fascination. 
C'est l'histoire d'une soirée qui a mal tourné. Très, très mal. Des vies sont brisées, Et rien ne nous est épargné, à nous, spectateur. Spectateur qui va se retrouver soumis à une pression visuelle terrible. On veut fermer les yeux et oublier les images. Mais ça reste imprimé sur la rétine. 
Le point de non-retour est passé, les basculements sont entraînés, des choix qui entraînent des conséquences... irréversibles.
Avis décousu, mais plusieurs semaines après mon visionnage, Irréversible me hante encore, continue de me déranger et... de me fasciner tout autant. 





Irréversible - 2002
de Gaspar Noé avec Monica Bellucci, Vincent Cassel, Albert Dupontel, Jo Prestia,...

dimanche 5 juillet 2015

LOVE, ROSIE - Optimisme final

Je hais les films romantiques pour le bonheur qu'ils procurent. J'ai par ce fait détesté et aimé le petit Love, Rosie. Amis depuis l'enfance, Rosie et Alex se tournent autour, amis amoureux ? Leur grand rêve de partir étudier aux Etats-Unis fond quand Rosie décide de rester en Angleterre élever son tout nouveau bébé... Ça semble partir comme Juno, n'est-ce pas ? Alex lui va vivre la belle vie là-bas, mais Rosie lui manque, ils continuent de se chercher, se fuit pour mieux se retrouver. C'est mignon, c'est optimiste, les deux protagonistes sont adorables et leur histoire touchante. Rien de révolutionnaire au niveau du scénario certes, mais c'est un joli moment à passer. 
Sauf qu'après toi, petit spectateur solitaire, tu es seul devant l'écran noir après le générique de fin et tu te rappelles que des histoires comme cela n'arrivent que dans les films !







Love, Rosie - 2014
de Chistian Ditter avec Lily Collins, Sam Claflin, Christian Cooke,...

lundi 4 mai 2015

STILL ALICE - Très émouvant, mais réaliste ?

Tout juste sortie de la séance de cinéma, j'ai encore des larmes qui me brouillent la vue. Still Alice, c'est une femme brillante qui se voit rongée par un Alzheimer précoce. Sa famille et elle-même vont devoir s'adapter, apprendre et accepter cette nouvelle vie. Film très émouvant et dur à la fois, il nous montre la lente dégradation de cette femme forte. C'est douloureux, vrai... vrai ? Je ne sais pas. C'est un film qui sensibilise certes, je pense notamment à cette scène déchirante où Alice dit qu'elle aurait préféré avoir un cancer, Mais je pense qu'il ne montre pas toute la réalité de la maladie. Still Alice nous fait vivre les événements par le ressenti du personnage principal et dans une moindre mesure, de sa famille. J'ai vu ce film avec une personne qui a eu parmi ses proches un cas grave d'Alzheimer, qui a rendu le patient violent et perdu. Still Alice présente une sorte de vision parfaite de la maladie, où la famille est présente, unie, même la petite dernière auparavant isolée de rapproche de sa mère. Donc, même si j'ai beaucoup aimé ce film et que sa démarche de sensibilisation est louable, il ne montre pas tout. 



Still Alice - 2015
de Richard Glatzer et Wash Westmoreland avec Julianne Moore, Kristen Stewart, Kate Bosworth, Alec Baldwin, Hunter Parrish,...